Archive

Un an déjà !

J’ai ré-emménagé dans la maison principale, après les travaux, le 15 août 2008.

Et j’ai accueilli mon premier hôte fin août 2008.

A l’époque, si les meubles étaient bien en place, il restait un certain nombre de cartons non défaits.  Quelques pièces étaient encore bien encombrées, même si les chambres étaient déjà prêtes.

Aujourd’hui, après une année, je peux faire un premier point.

ET JE SUIS TRÈS CONTENTE. Ça, c’est le premier point positif !

Du passage, il y en a eu, même si entre août 2008 et avril 2009, le lieu était plutôt confidentiel et enseigné seulement par le bouche à oreille – merci Cécile, merci Catherine, merci Jean-Pierre !

En décembre 2008, j’ai créé ma première page internet sur le site de Amies en France-Comté. En janvier 2009, Le Relais du Passe-Heures a été labellisée 3 épis Gîtes de France et  j’ai débuté la distribution de plaquettes. Les mois suivants, je me suis inscrite auprès des offices de tourisme environnant : Besançon, Vesoul, Rioz, Rougement, Villersexel.

Et depuis le printemps, je peux compter sur les doigts d’une main les fins de semaine où la maison était vide ! Et nombreuses ont été les périodes où j’ai dû répondre “désolée, je n’ai plus de disponibilité pour cette période”. N’empêche, la première fois où j’ai annoncé “Complet”, j’étais drôlement émue et contente ! C’est à ce moment-là que j’ai eu pleinement conscience que mon projet de création de chambre d’hôtes aboutissait à quelque chose de positif : deuxième point positif !

Émotion aussi, le premier soir où j’ai accueilli en table d’hôte. Faire la cuisine, ce n’était pas la première fois. Choisir un menu non plus. Recevoir, avoir une grande table non plus également. Mais servir des hôtes payant leur repas : je n’avais pas le droit à l’erreur ! Alors, quand à la fin du repas, chacun a quitté la table en me félicitant et remerciant, oui, j’étais contente ! : troisième point positif !

Et puis, quand un hôte arrive juste pour une soirée étape, qu’il s’installe, qu’il dîne puis me demande s’il peut rester plusieurs jours : contentement… Cela m’est arrivé plusieurs fois cet été, avec des couples d’étrangers qui avaient trouvés mon adresse en passant à l’office de tourisme de Vesoul : encore un point positif !

Alors, c’est vrai que, en pleine saison, le travail ne manque pas et je dois avoir une organisation sans faille. Il m’est arrivé une fois de ne pas pouvoir faire face et de refuser du monde un soir parce que je n’avais pas eu le temps de refaire les chambres. J’étais embêtée, mais j’ai pensé que mieux valait ne pas recevoir que de mal recevoir…

Des regrets – oui, quelques uns comme :
– ne pas avoir eu le temps de faire des articles pour annoncer les manifestation locales : le carnaval de Rioz en avril, la marche du lever du jour à Larians en juin, les journées artisanales et artistiques de Fondremand en juillet, le plus grand vide-grenier de la région à Rougemont fin juillet, et j’en passe !
– ne pas avoir eu le temps de mener à bien le référencement de mon site…
Mais aucun regret quand au choix que j’ai fait de m’installer à Cenans pour y ouvrir des chambres d’hôtes…


Le Moulin de Faverge

En juin 2007, je faisais visiter le coin à mon amie Monique et en voulant lui montrer le château de Filain, je suis passée par Sorans les Cordiers où j’avais déjà repéré qu’il y avait un élevage de Terre-Neuve, sans jamais m’y être arrêtée.

Ce jour-là, en dessous du panneau indiquant l’entrée du moulin, il y avait une petite pancarte indiquant “B.B”…
D’office, j’avais traduit ces initiales par bébés et non par Bed and Breakfast comme certains ont pu le faire.

Et nous avons, à l’étonnement de Monique, bifurqué pour aller au Moulin.

Là, la famille Josso nous a accueilli et fait visiter l’élevage que Nicole tient.

Là, première surprise, je découvre qu’il existe des terre-neuve marron. Pour moi, il n’étaient que noir. Je suis tout de suite subjuguée par la couleur.

Deuxième surprise : c’est la première fois que je vois une portée de chiot terre-neuve… Et je suis tout de suite séduite !

En effet, une portée venait de naître. 8 petits chiots noirs ou marrons. 8 petites boules de poils. Enfin, petites, tout est relatif ! A la naissance, Caramelle pesait 720 grammes…
Chaque chiot pouvait être reconnu à la couleur du ruban qu’il portait au cou. Caramelle en avait un orange.

Caramelle, c’est le nom que nous avons choisi à la petite boule qui est venue me lécher les pieds ! 1ère visite

Et puis, avant qu’elle n’arrive à la maison, je suis retournée plusieurs fois lui rendre visite : Caramelle à 6 semaines

Là, elle est encore dans le box spécial des jeunes chiots, avec toute la portée. Elle a 6 semaines et pique un somme entre une partie de jeux et une tétée ! Faut dire que c’est plutôt épuisant de grandir si vite…

*

*

*

*

*la pause Août 2007 : dernière photo chez les Josso. Caramelle est dehors, dans l’enclos réservé aux jeux des jeunes. Elle a bien profité ! Et a été bien élevée : chaque jour, toilettage, pesée, elle a l’habitude d’être manipulée et ne craint pas la main de l’homme. Elle est calme …et joueuse. Elle sait déjà approcher quand on l’appelle en tapant dans les mains. Mais ne sait pas encore ce qui l’attend dans peu de temps : 1er déménagement…

*

*

*

En me confiant Caramelle, Nicole Josso m’a remis son carnet d’identification : fille de Altesse et de Platon des Chaltries Hurlevent, soeur de 7 chiens tous en bonne santé : Cimba (mâle marron), Callie (femelle noire), Cassis (femelle noire), Canelle (femelle marron), Chanelle (femelle marron), Chipie (femelle marron), Charlemagne (mâle marron).

*Caramelle juin 07

Caramelle en famille

Et la voici à Cenans, où elle découvre la vie. Elle va vite comprendre qu’une pomme pourrie n’est pas un repas digne d’un terre-neuve gourmet et saura vite choisir les pommes mures et juteuses à souhait qu’elle croque de bon appétit. Tout comme les mures qu’elle cueille délicatement du bout des dents ou les prunes qu’elle ramasse dans les chemins creux autour de la maison.

Caramelle à trois mois *

*

*

*… et puis, pas le temps de se retourner et la voici grandelette, après quelques sacs de croquettes adaptées (je ne la nourris pas que de fruits) ! Caramelle sept 08

Entre les deux photos, il y a une année d’écart.

*

*

*

*

*

*

*

en attendant la promenade

*

Maintenant, elle est adulte. Elle est plus posée, toujours respectueuse de Jupiter, même si elle lui en fait voir en le chahutant un peu trop à son goût de vieux chien.

N’empêche qu’il s’occupe d’elle et la lèche souvent : la toilette

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*Au Moulin de Faverge, on attend avec impatience la venue d’une nouvelle portée ! La demande est plus importante que l’offre et la liste d’attente s’allonge ! Aussi, si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à prendre contact et à venir leur rendre visite.

Moulin de Faverge  – tel : 03 84 68 32 97  – courriel : jean-marie.josso@wanadoo.fr   … et si vous venez de loin, vous pourrez toujours faire étape à la maison …